D'une année sur l'autre, d'une décennie à la suivante, d'un siècle à l'autre, le débat continue, comme si les réponses données à un moment "T" ne suffisaient pas à clore le sujet.

    On assiste aujourd'hui à une nouvelle remise en question d'un principe fondateur qui est va bien au-delà du système républicain, qui va bien au-delà du principe démocratique lui-même... on assiste aujourd'hui à une nouvelle remise en cause de la laïcité. Et qui ose ainsi mettre en pratique une politique si honteuse?

    Je vous le donne en 1 000...

    Notre omni-président, encore lui, Nicolas le "bien-aimé"...

    Oui, très cher Nicolas, vas-y... Espère donc en la religion. Arraches-nous nos larmes de spectateurs de ton théâtre des horreurs.

    Au delà de la séparation des religions et de l'Etat, la laïcité permet la fondamentale (que dis-je, l'indispensable) remise en question des principes figés et autoritaristes que représentent tous les systèmes dogmatiques religieux. Et cela, philosophiquement parlant, va bien plus loin, et permet aujourd'hui aux quelques réfractaires à la pensée pré-mâchée de remettre aussi en question les dogmes politiques, permettant ainsi de nier l'universalité de plusieurs systèmes.

    Mais voilà que le dit principe est une nouvelle fois mis à l'épreuve, que le mécanisme est enrayé par un minable petit grain de sable poisseux issu d'une plage souillée de marée noire. Le Tsar de France s'est entiché d'une foule de propos grossiers et limité dans leur grandeur...

    Ayant ainsi affirmé récemment devant un parterre de Wahabittes que la laïcité devrait être une notion représentant le "respect de toutes les croyances et non un combat contre les religions", il dénature l'esprit critique qui fait avancer les choses, qui donne ce mouvement, cette synergie de changement qu'est l'avancée des mentalités.

    La religion est une mauvaise chose. C'est le point de vue que je défends. Et la version selon Sarkozy Ier implique de ne pas remettre en cause ces principes dogmatiques.

    Pourquoi la valeur religieuse serait-elle meilleure que la remise en question athée? Parce-que l'héritage de la France découle directement de siècles sanguinolants de terreur chrétienne? Pourquoi donc une telle vision des choses? Ne peut-on pas remettre en cause son passé? L'Allemagne d'aujourd'hui fait-elle l'apanage de son glorieux passé nazi? Et l'Italie, fait-elle de même de ses antécédents fascistes? Tant de questions...

    Cher Nicolas, je n'ai plus d'espoir dans ta société. Je suis un être désabusé parce qu'il y a quelques années déjà, j'ai ouvert les yeux sur la réalité humaine, et sur les vérités religieuse. Telle est mas vie, telle est ma philosophie, tel est mon combat de tous les jours. Et c'est justement pour cela que je ne peut pas espérer grâce à ta religion, grâce à ton Dieu.

    Et si dans l'avenir tu te permet de nuire au fondement de ce que j'éprouve et endure pour garder un semblant de liberté, crois-moi, je me battrais, à coup de pavés et de grenades s'il le faut... et je ne serai pas tout seul...

    Je n'ai pas la foi, ni en Dieu, ni en l'homme...

    Je n'ai pas la foi, grâce à Dieu!