Sans vouloir outrepasser les capacités de ma mémoire, il me semble que la paternité de l'idée que je m'en vais évoquer à votre humble connaissance doit être rendue à Messire Guy BEDOS. Lui-même n'étant pas exactement sur la même ligne éditoriale que moi-même, je tiens à signaler que ce rendu de paternité n'a d'autre intérêt que ce rendu de paternité, et certainement pas l'évocation d'une quelconque ferveur quant aux spectacles de cet humouriste contemporain.

L'idée, la voila: établir en France, et ailleurs si possible, la réalité d'un "permis de voter". Comprenez bien: ce permis servirait à faire valoir ses droits démocratiques lors de diverses élections, mais serait la sanction d'un examen de connaissances consécutif à une formation civique et philosophique conséquente. Evidemment, je ne conçois pas cette formation autrement que gratuite.

Ceci, selon moi, aurait au moins l'avantage d'éliminer des listes électorales ces enquiquineurs de la chose publique, se contentant non pas de réfléchir avant de voter mais de remuer tripes et testicules afin d'éructer un fascisme inhérent à toute formes de réflexion hormonale.

La Politique, dans sa forme noble, n'est autre chose que la gestion de la cité. Et pour se faire, il faut des administrés cultivés et responsables. Qui peut se targuer de se sentir responsable lorsque, toute cellule grise éteinte, la burne devient référence en matière de santé, d'immigration, de politique étrangère, etc...? Qui, de France et de Navarre, peut s'ennorgeuillir d'avoir dirigé une localité, une région ou le pays tout entier avec de simples bras musclés ou d'abominables paires de couilles? Ceux-là ont très vite été catalogués dans les profondeurs absconces de la classe des dirigeants fascistes et terroristes.

Si l'on veut établir une réelle démocratie, l'on se doit de rejeter non seulement ces politiciens totalitaires, mais aussi ces administrés burnés. Si la démocratie est le gouvernement du peuple, pour le peuple et par le peuple, l'administré burné se confond aisément avec le dirigeant fasciste.

Un permis de voter, donc, pouvant être administré à tout citoyen dès l'âge de la majorité en cours. Ceci afin de nettoyer l'électorat et, par conséquent, la classe politique. Ceci est trop important pour être écarté.

A bon entendeur...